France : les conseils du CFCM pour le mois de Ramadan

Mar 31, 20 France : les conseils du CFCM pour le mois de Ramadan

Le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) a envoyé jeudi dernier des instructions pour vivre le ‘Ramadan’ en période de confinement. Mohamed Moussaoui, le président du CFCM, a adressé un petit message aux fidèles sous le titre “Préparons-nous à vivre autrement – différemment – le mois saint de Ramadan 2020– 1441”. Ce dernier annonce que les imams turcs, marocains et algériens ne pourront pas, cette année, se déplacer en France pour diriger la prière pendant le mois de Ramadan. Par ailleurs, il a rappelé que le Conseil Français du Culte Musulman avait ordonné, mardi 17 mars, la fermeture de l’ensemble des mosquées avant même qu’Edouard Philippe, le Premier ministre, interdise tout rassemblement (extérieur ou intérieur) de plus de cinquante personnes dans les lieux de culte.
Pour l’instant, rien ne s’oppose au respect de la tradition de la pratique du jeûne. Mais en pleine crise de coronavirus, leurs habitudes (achats quotidiens alimentaires, prières collectives, etc.) et leur quotidien se retrouvent complètement chamboulés, bouleversés. Le CFCM a toutefois appelé les ‘imams’ à tripler d’efforts (des invocations, des récitations du Coran, des interventions écrites ou orales, etc.) afin de les accompagner dans leur vie spirituelle.

Selon les prévisions du Conseil Théologique musulman de France (CTMF), le mois de Ramadan devrait débuter aux alentours du jeudi 23 avril 2020. “La nouvelle lune du mois de Ramadan sera normalement visible le mercredi 22 avril sur l’ensemble du continent américain et sur une très grande partie du continent africain”, précise Anouar Kbibech, le président du CTMF.

<2>hCoronavirus : les fêtes religieuses du mois d’avril auront lieu sans rassemblement

Cette année, le mois d’avril est chargé en fêtes religieuses – Ramadan, Pâques, Pessah… C’était une nouvelle très attendue. Face au prolongement du confinement en France et à l’épidémie de Coronavirus, qui sévit un peu partout sur la planète, Emmanuel Macron, le président de la République, a prévenu vendredi dernier les responsables des principaux cultes (musulman, juif, catholique, etc.) et des associations laïques, que ‘les fêtes religieuses du mois d’avril devront se faire ‘sans rassemblement’. Et ce, pour éviter la propagation du virus. Un stress supplémentaire qui rend la situation d’autant plus dur.
“Ainsi, Emmanuel Macron a averti que ‘les grandes fêtes religieuses ne seront pas vécues comme habituellement”, a renchéri Clavairoly François. Les fêtes concernées sont Pessah pour les juifs, Pâques pour les chrétiens et Ramadan 2020 pour les musulmans.

read more

Confinement : ramadan au temps du Covid-19

Mar 30, 20 Confinement : ramadan au temps du Covid-19

Malgré que les mosquées resteront fermées suite aux plusieurs mesures mises en place par le gouvernement afin d’éradiquer la maladie virale « Covid-19 », les 5 millions de musulmans français ne sont pas exemptés de jeûne pour autant. Afin que les croyants puissent mieux s’adapter à la nouvelle situation durant le mois de ramadan, le Conseil français du culte musulman a publié plusieurs recommandations.

Comment mieux vivre le mois du jeûne durant le confinement ?

Le CFCM ou Conseil français du culte musulman, a annoncé le 28 mars dernier une liste d’instruction permettant aux musulmans français de mieux vivre le mois de jeûne durant la période de confinement. Le Conseil qui est destiné à être l’interlocuteur de la religion musulmane dans l’hexagone des pouvoirs publics français, a demandé aux citoyens musulman, il est important de se préparer à vivre le mois saint en Islam, Ramadan 2020, autrement.
Selon Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman, le mois béni en Islam commencera probablement le 24 avril prochain, vu que le croissant lunaire annonçant le début du mois de ramadan sera visible au niveau de tout le continent américain, ainsi qu’une partie du continent africain et européen, le soir du 23 avril d’après les données astronomiques. En outre, selon le calcul astronomique, la naissance du nouveau croissant, marquant la date du début du mois de Ramadan 2020, aura lieu le 23 avril à 4 h 26, heure de Paris.

Les mesures de confinement

Mohammed Moussaoui, a insisté que rien ne pourra s’opposer au respect de la tradition des pratiques du mois de jeûne, qui constituent l’un des piliers de l’islam, et ce, malgré qu’il sera assez difficile avec les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement. Le président du CFCM assure que le confinement ne permettrait pas aux musulmans qui jeûnent de pouvoir acheter régulièrement leurs besoins alimentaires.
Le Conseil français du culte musulman, précise que selon l’évolution de la situation sanitaire en France, la pratique du mois de ramadan n’est pas affectée directement. En effet, les musulmanes qui remplissent les conditions du jeûne devront appliquer leur devoir, comme d’habitude, hormis les musulmans qui remplissent les conditions de dérogation comme la grossesse, le voyage, l’allaitement, la vieillesse et la maladie.
Toutefois, le président du Conseil précise qu’il est important de respecter les mesures du confinement en évitant les rassemblements physiques. C’est pour ces raisons que les lieux culte resteront fermés durant Ramadan 2020. D’après les heures de prière de Ramadan 2020, les heures de rupture de jeune oscilleront, cette année entre 20 h 55 et 21 h 34, selon l’heure de Paris.

read more

Les critères de choix du meilleur opérateur pour Internet dans les entreprises

Mar 19, 20 Les critères de choix du meilleur opérateur pour Internet dans les entreprises

Pour trouver l’offre la mieux adaptée aux exigences et besoins de votre entreprise, le choix de l’opérateur de télécom ou fournisseur d’Internet doit faire une étude assez minutieuse. Pour ce faire, il est primordial que vous posez les bonnes questions :
Quelles sont les prestations téléphoniques essentielles pour votre entreprise ? De quel débit vous avez besoin ? Est-ce que vous avez besoin d’un service de fax ? Ou vous avez plutôt besoin d’un mobile professionnel ?

Internet dans l’entreprise : quel débit vous avez besoin ?

D’après l’opérateur Paritel, il est primordial de choisi le débit d’Internet en fonction de votre utilisation.
Le débit d’Internet dont votre entreprise aura besoin dépendrait essentiellement du nombre d’employés qui utilise la même connexion ainsi que des services dont la société souhaite pouvoir profiter comme : réception de fax, téléphonie sur IP, création d’un site Internet…
Selon une société de type PME ayant moins de 50 employés n’auront pas besoin des mêmes débits qu’une grande société. Toutefois, cela ne revient pas à expliquer que deux sociétés ayant le même taille ont les mêmes besoins identiques de débits d’Internet. En effet, le seul facteur qu’il faut prendre en considération est avant toute l’activité professionnelle de l’entreprise. Une société qui se voit obliger de partager régulièrement des fichiers assez volumineux aura par conséquent besoin d’un débit qui assez important par rapport à une entreprise de la même taille qui travaille essentielle au téléphone.

Le débit non garanti ou garanti ?

Les offres d’accès d’Internet assurées par les opérateurs et fournisseurs d’Internet pour les professionnels tels que Paritel, présentent des caractéristique de pouvoir garantir dans quelques cas, le débit de la connexion de votre entreprise. Afin de mieux comprendre, le débit garanti signifie que le fournisseur de connexion assure que votre débit soit le plus constant possible et cela en toute circonstance. Ceci est assez intéressant pour les sociétés qui nécessitent obligatoirement une connexion Internet assez stable pour pouvoir travailler. Dans ce cas, on trouve l’ADSL et le SDSL qui peuvent garantir ce type de débit. Toutefois, l’ADSL qui est non garanti peut être suffisant si la société utilise l’Internet d’une façon assez ponctuelle.

read more

Élections municipales 2020 : une baisse des participations pour le scrutin à cause du coronavirus

Mar 15, 20 Élections municipales 2020 : une baisse des participations pour le scrutin à cause du coronavirus

Avec la propagation de la maladie Covid-19, ou aussi appelée Coronavirus, dans l’hexagone menace le risque d’un fort taux d’abstention lors du scrutin des 15 et 22 mars prochains. En effet, d’après une étude qui a sondé un grand nombre de votants, les électeurs qui sont les plus inquiets ne sont pas forcement les plus vulnérables.

Les dates des élections municipales

Après le discours du président Emmanuel Macron, les élections municipales dans les différentes commune en France ne seront pas reporté ceci malgré les craintes liées à la propagation de la maladie. Toutefois, le taux d’abstention pourrait être assez élevé.

Selon Jean-Pierre Mangiapan, en course au municipale de 2020 de Villefranche-sur-Mer, les élections municipales sont bien en deuxième position derrière l’élection présidentielle dans le palmarès des élections qui mobilisent le plus les électeurs. Toutefois, cette année, à l’heure actuelle, l’hexagone dénombre plus de 2800 cas et plus de 60 morts détectés, c’est pour cette raison que la participation est donnée en baisse par rapport aux scrutins précédents.

Le nombre des électeurs qui participeront aux scrutins

D’après l’étude effectué par l’institut Montaigne et Radio Classique effectuée au début du mois de mars, plus de 62 % d’électeurs envisagent de participer au vote les 15 et 22 mars prochains. Un chiffre qui est tout de même en baisse par rapport au sondage effectué au mois de janvier. Durant 2014, prés de 63.5 % des électeurs déjà inscrit sur la liste ont pu voter au premier tour, alors que plus de 62 % ont voté au second tour des élections municipales.
Jean-Pierre Mangiapan, le candidat favori des villefranchois, explique que la progression de l’abstention et lier directement avec l’évolution de la maladie du coronavirus en France. Une maladie qui menace d’accentuer encore plus le taux d’abstention durant le second tour.

read more

La fibre optique arrive dans les grandes villes

Mar 10, 20 La fibre optique arrive dans les grandes villes

La fibre optique est l’épine dorsale du développement digital des territoires. L’Hexagone déploie la fibre optique, ou le réseau FTTH, à marche forcée. Selon Sébastien Soriano, le président de l’Arcep, le rythme s’est accéléré considérablement au quatrième trimestre 2019 au point de battre des records.

Investir dans le réseau FTTH, ce réseau 100 % fibré, est devenu aujourd’hui stratégique. Selon les dernières estimations du régulateur des télécoms, ce dernier va remplacer le vieux réseau cuivré. Les acteurs du marché – Paritel, Orange, Bouygues Telecom, SFR et Free – veulent accélérer leurs investissements dans le THD. Ils veulent atteindre les 23 millions de locaux raccordables d’ici 2022. Ils ont déjà pris des engagements dans le cadre du PFTHD. Ce nouveau programme du gouvernement, lancé en août dernier, doit offrir à tous les Français, particuliers comme professionnels, une connexion 200 plus rapide que l’ADSL, à l’horizon 2023.

Dans ce contexte, les principaux opérateurs de télécommunications français, Orange, Bouygues Telecom, Paritel et SFR sont contraints d’investir des millions d’euros, voire des milliards d’euros, dans les réseaux FTTH (Fiber To Fiber ; Fiber To The Home). À noter que les Européens privilégient de plus en plus les offres convergentes (ou Business classic), mêlant télévision, Internet et téléphonie.

L’opérateur de Jean-Philippe Bosnet a sorti l’artillerie lourde. Ce groupe compte débourser, d’ici à 2022, près de cinq milliards d’euros, particulièrement sur le dossier de la fibre optique.

“Nos buts ? Déployer les réseaux FTTH sur l’ensemble du territoire français pour atteindre 23 millions de foyers raccordables d’ici 2022 et 42 millions en 2025”, a précisé le président- directeur général du groupe Paritel.

Le déploiement du THD est un enjeu économique de compétitivité et d’aménagement du territoire

La révolution apportée par la fibre optique au sein des entreprises et des économies est désormais mondiale. Pour les opérateurs télécoms, la bascule vers le réseau 100 % fibré est fondamental. Ce défi du très haut débit est de longue date au cœur de leurs priorités.

Soutenir le déploiement de réseaux performants et innovants, essentiellement par la généralisation du très haut débit, devient fondamental pour favoriser l’accès aux services publics, la compétitivité des territoires, l’inclusion sociale et le développement économique.

Les enjeux du développement digital des territoires sont majeurs : accélérer le développement des sociétés en leur ouvrant des portes sur le monde et sur leurs marchés ; faciliter l’accès à l’éducation et à la connaissance ; fluidifier les interactions entre les gouvernements, les services publics, les administrations, les services et les commerçants et la population.

read more

À Nice, beaucoup de prévention et une petite paranoïa

Mar 04, 20 À Nice, beaucoup de prévention et une petite paranoïa

Avec la forte infestation des italiens par le coronavirus, la Côte d’Azur et les Niçois sont de plus en plus prudents et les autorités commencent à s’activer afin d’agir efficacement contre la propagation de la nouvelle maladie.

La menace du Covid-19 plane dans la région

Jean-Pierre Managiapan, le candidat à la municipale de 2020, appelle les villefranchois, d’éviter le maximum de fréquenter les lieux publics, en les invitant à s’armer par les gels désinfectants. Certes les médias font monter la pression, surtout à cause du nombre des malades au nord de l’Italie qui a grimper de 20 à 1600 en seulement une semaine, toutefois il suffit de se laver très fréquemment ses mains afin d’éviter d’attraper le virus a assuré le candidat de « J’aime Villefranche », Jean-Pierre Mangiapan.

Le quotidien d’une Niçoise

Farah, une niçoise qui est en formation, assure que la menace de la malade plane sur la ville, toutefois cela ne l’inquiète pas. La Niçoise a appris à la télé que l’épidémie était assez proche de la ville, juste au niveau de la frontière italo-française. À seulement 40 kilomètres, les médias italiens ont assuré que plus de 6 italiens sont morts à cause de la maladie.

Farah assure malgré ces informations, « je ne suis pas angoissé, je suis convaincu qu’il suffit de me laver bien les mains pour éviter la contamination ».

La vie est assez normale

D’après Olga qui fait presque tous les jours Nice Milan la ville constitue le foyer du virus en Italie, arrive dans la ville française avec ses angoisses. L’assistante médicale assure qu’en quittant Milan, la ville était complètement morte, les magasins à l’arrêt et les rues étaient vides. C’était la panique complète dans la capitale économique du pays. Olga assure que la situation à Nice est complètement différente, on se sent plus en sécurité dans la ville Niçoise. Dans un train qui est presque vide, le peu de voyageurs venant d’Italie portaient tous un masque. Ce qui est inquiétant pour l’assistante médicale, c’est qu’à la frontière, il n’y a aucun contrôle.

read more
scriptsell.neteDataStyle - Best Wordpress Services